Carra: Désormais l’entraîneur a confiance en lui

Une légende d’Anfield savait mieux que quiconque la difficulté de la tâche qui attendait le jeune défenseur Jon Flanagan lorsqu’il a été selectionné pour jouer comme arrière gauche pour le derby de la Mersey, samedi dernier. 

Image

Avant d’évoluer comme arrière centre de classe internationale pour Liverpool, Jamie Carragher, désormais à la retraite, était régulièrement mis en tant qu’arrière gauche par Gérard Houllier. 

L’homme de 35 ans était donc un spectateur intéressant pour son ami Scouser à Goodison Park, et il attend maintenant que le numéro 38 des Reds ait plus d’occasions de jouer sous la houlette de Brendan Rodgers. 

« C’était génial pour moi de voir deux gars du coin de chaque côté du terrain. Ils étaient les deux joueurs de champ les plus remarquables sur le terrain, » déclare Carragher. 

« Je pense que Simon Mignolet était le meilleur sur le terrain, mais en termes de défenseurs c’étaient Flanagan et Ross Barkley. Pour moi, ils étaient les joueurs qui se détachaient de chaque équipe.  

« Flanagan est entré comme arrière gauche. J’ai joué à ce poste et ce n’est pas facile de jouer du côté opposé auquel vous jouez d’habitude. Flanagan s’est révélé avec Kenny Dalglish. 

« Nous parlons de jeunes joueurs anglais ayant une chance, enfin, Flanagan a eu sa chance et a fini par être l’un des meilleurs joueurs du derby. 

« Désormais Brendan Rodgers a confiance en lui, je pense que nous allons le voir plus. » 

#Delphine

Sakho: Ne dites pas que je suis un héros

Mamadou Sakho refuse d’être considéré comme un héros pour la France après que les deux buts du défenseur mardi soir ont permis à son pays de décrocher son billet pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil. 

Image

Le numéro 17 de Liverpool a trouvé les chemins du filet à la 22ème et à la 72ème minute au Stade de France quand les Bleus ont battu l’Ukraine 3-0 pour rattraper avec succès leur défaite du match aller.

Toutefois, le joueur de 23 ans a réagi avec humilité et s’est engagé à ce que l’équipe de Didier Deschamps continue d’apprendre en vue du grand tournoi qui les attend dans 7 mois. 

Il a déclaré: « C’st une vraie joie et nous avons marqué une page de l’histoire du football français avec ça.

« Beaucoup de gens ne croyait pas en nous mais il y en avait également beaucoup qui y croyaient. La France a montré beaucoup de qualités et c’était extraordinaire pour tout le monde. 

« Je ne me vois pas comme un héros; toute l’équipe était le héros dans ce match. Je n’ai jamais marqué de doublé dans ma carrière.

« Nous allons au Brésil et nous devons amener avec nous les leçons de tous nos matchs, et pas seulement de celui là. »

#Delphine

‘Nous voulons refaire partie des meilleurs’

Ayant déjà connu le plus haut niveau du football dans sa carrière en jouant la Ligue des champions avec Liverpool, le vice-capitaine Daniel Agger n’a qu’un seul but en tête avec l’équipe actuelle des Reds. 

Image

L’international danois, qui a rejoint le club en janvier 2006, s’est retrouvé à jouer la finale de l’élite des compétitions européennes à Athènes moins de 18 mois après son arrivée.

Liverpool n’a pas joué la Ligue des Champions depuis 2009, mais le début de saison d’Agger et ses coéquipiers a réveillé l’ambition d’un retour. 

Après avoir battu Fulham 4-0 à Anfield samedi dernier, l’équipe de Brendan Rodgers est deuxième au classement de Premier League alors que le championnat est interrompu pour cause de matchs internationaux.

« On a encore du chemin à faire mais chaque gars ici veut rejouer la Ligue des Champions. »commente le n°5.  

« L’équipe est plus solide cette saison. Ca fait plusieurs saisons qu’on ne joue pas la Ligue des Champions ici. Quand tu l’as déjà jouée, c’est là où tu veux être. 

« C’est là que sont tous les meilleurs joueurs, toutes les meilleures équipes. On veut définitivement finir dans le top 4 et tu peux le voir à notre envie sur le terrain.  

« Ce n’était pas seulement une bonne performance pour avoir marqué 4 buts et ne pas en avoir pris, mais on a tous beaucoup couru et travaillé les uns les autres. 

« Depuis que je suis ici le championnat est de plus en plus difficile chaque saison. Il est plus serré. Vu d’extérieur c’est probablement mieux à regarder. 

« Avec toutes les équipes qu’il y a ce serait une grande réussite de finir dans le top 4. »

Agger a fait sa première apparition depuis plus d’un mois pendant leur victoire sur les Cottagers le weekend dernier, comme l’entraîneur est revenu à une défense à quatre. 

Les débuts du joueur de 28 ans en sept semaines a été précédé par un entraînement intense, alors que le défenseur essayait de montrer à Rodgers qu’il est en bonne forme pendant ses entaînements à Melwood.

Il continue: « Je savais que j’allais jouer contre Fulham quelques jours avant le match vu comment les choses se déroulaient à l’entraînement. 

« C’était bien d’être de retour car ça a été une période très difficile pour moi. C’est difficile à vraiment expliquer. 

« Je veux jouer chaque match. Quand tu ne joues pas c’est difficile. J’ai juste travaillé un peu plus chaque jour à l’entraînement. Je ne me suis pas plaint – J’ai simplement tout fait avec ce petit truc en plus.

« Je sens que je suis à ma place ici. Je me sens plus que capable d’être dans l’équipe mais c’est la décision de l’entraîneur.

« Parfois c’est dur de changer ça pendant les entraînements. Tu dois saisir ta chance quand elle se présente. C’est ça le football, saisir ta chance. Je ne suis pas le genre de joueur à vouloir une explication.

« Je continue juste avec ce que j’ai à faire et j’essaie de tout faire pour revenir dans l’équipe. 

« Je n’ai pas joué dans l’équipe plus longtemps que je n’avais pensé mais quand une occasion se présente à toi tu dois tout faire pour la garder. 

« Physiquement, je me sens probablement mieux qu’avant. 

« Quand tu ne joues pas pendant un temps tu dois trouver le bon moment. Ca prend du temps mais on a bien géré contre Fulham et on a pris aucun but, ce qui est toujours bon quand tu es défenseur. » 

#Delphine

Suarez: Le meilleur reste à venir

Même si leurs performances ont été assez bonnes pour une troisième place cette saison, Luis Suarez déclare que le meilleur de Liverpool reste à venir en 2013-2014. 

Image

L’uruguayen a intégré sa bonne forme dans la nouvelle saison, en marquant rapidement 6 buts en 5 matchs depuis son retour de suspension en septembre. 

Avec son coéquipier attaquant Daniel Sturridge meileur buteur du championnat, les Reds sont restés dans le haut du tableau depuis le premier match. 

Néanmoins, le n°7 de Liverpool a prévenu qu’une amélioration se profile à l’horizon à Anfield.  

Il a déclaré au magazine Match: « Nous nous débrouillons bien en ce moment mais nous devons continuer comme ça jusqu’à la période de Noël. 

« Je pense que le meilleur pour nous est encore à venir, ce que j’espère sera synonyme de bonnes choses à la fin de la saison et synonyme de ligue des champions la saison prochaine. C’est un de nos objectifs.  

« C’est bien d’avoir un bon jeu et d’y contribuer en marquant des buts, mais le plus important est de prendre trois points chaque semaine. Je ne pourrais pas marquer sans l’aide de mes coéquipiers, alors merci à eux. »  

Le point marquant de cette saison pour Suarez est sans aucun doute son remarquable triplé qu’il a marqué contre West Bromwich Albion le mois dernier. 

Un dribble, un petit pont et une conclusion parfaite pour ouvrir le score, suivi par deux têtes d’une puissance et d’une précision infaillibles pour compléter un triplé d’une grande classe.  

 En repensant au match il ajoute: « Le centre de Cissokho était à hauteur et vitesse parfaites, donc j’avais juste à la reprendre correctement et le mettre dedans. 

« J’aurais pu être trop loin un autre jour, mais c’était agréable de marquer un but de la tête comme ça. Mon troisième but est dû à un autre centre de qualité de Steven Gerrard, alors encore une fois c’est grace à mes coéquipiers. » 

Sturridge a récemment décrit son tandem avec Suarez comme ‘une belle chose’et l’attaquant voulait rendre la pareille au n°15. 

Il a dit: « C’est un joueur joueur fantastique et un coéquipier fantastique, et nous nous entendons très bien. 

« J’espère que nous continuerons à marquer des buts et gagner plus de prix, mais peu importe qui marque les buts ou qui reçoit les prix tant que nous gagnons des matchs.

#Delphine

 

Rodgers: Je veux des joueurs courageux

Brendan Rodgers a expliqué qu’une des caractéristiques les plus importantes qu’il recherche lorsqu’il prévoit de signer un joueur pour Liverpool est son courage lorsqu’il a le ballon.

 Lors d’une interview avec le Bleacher Report, le nord-irlandais décrit ce qu’un “jour typique” peut représenter pour l’entraîneur du Liverpool FC, et quelle approche il a envers son métier.

Rodgers a également fait part de sa philosophie personnelle en ce qui concerne les entraînements à Melwood, et parle de l’héritage qu’il rêve de léguer lorsque son rôle de patron des Reds aura touché à sa fin.

Image

 Pouvez-vous nous décrire votre journée d’entraînement type ?

 C’est une question difficile, parce qu’en football il y a très rarement une « journée type » – il y a toujours des défis et des problèmes qui surgissent de partout, et en tant que manager il faut être prêt à les affronter. Il y a une routine, comme dans tout emploi du temps qui est suivi et préparé avec attention. J’ai toujours été du genre à arriver en avance ; la préparation est une grande partie de ma méthode de travail, et j’aime être dans mon bureau à relire les plans des entraînements ou des réunions à venir.

J’ai une réunion avec les cadres tous les jours, avec les membres clé de l’équipe qui sont en contact avec les joueurs – les entraîneurs, l’équipe médicale, notre équipe d’analystes. C’est un exercice utile puisque cela signifie que nous sommes au courant de tout ce qui se passe, et qu’ils sont conscients de mes attentes.

 La plupart du temps, l’entraînement commence à Melwood à 10h30. Je suis présent et engagé dans chaque session, donc je rejoins toujours les joueurs sur le terrain. Les après-midis ont plutôt tendance à être consacrés aux réunions avec l’équipe d’entraîneurs et les analystes, et nous nous concentrons sur le prochain match – quels sont nos plans, à quels types de problèmes nous nous attendons, etc.

Au-delà de ça, cela va dépendre s’il y a quelqu’un part un match que je vais regarder – y être en personne ou un match que j’ai fait enregistrer. Cela implique d’observer les adversaires à venir et les possibles cibles de transferts. Mes journées sont en général bien chargées, mais je n’aimerais pas que ça soit autrement. J’aime mon travail, et c’est un privilège de faire ce que je fais.

Quelle influence avez-vous sur la gestion des séances d’entraînement de Liverpool ? Est-ce que vous suivez un schéma régulier tout au long de la saison, ou est-ce que vous réagissez toujours à ce que vous voyez pendant les matches et en préparation de ceux à venir ?

Je décide entièrement de la façon dont l’équipe sera préparée, et je suis un coach de terrain. J’aime être présent avec les joueurs pendant les entraînements. J’ai la chance d’être assisté par une équipe géniale, qui sont tous des experts dans leur domaine et qui sont dédiés à ce qu’ils font. Comme je l’ai dit auparavant, je me réunis régulièrement avec mon équipe pour m’assurer qu’ils sont conscients de ce que je veux, mais aussi pour être sûr qu’ils ont la possibilité d’avoir une influence sur le processus et d’utiliser toutes leurs connaissances pour aider à préparer le groupe.

Nous avons effectivement un modèle à suivre en termes d’organisation des entraînements, qui ont été spécifiquement conçus pour atteindre les meilleures performances. Le but est que les joueurs atteignent leur niveau maximum les jours de match. J’ai mis en place un entraînement intensif de 4 jours avant les matches, qui inclut la récupération tout comme le travail technique, et permet de s’assurer que les joueurs ont une bonne forme physique.

En ce qui concerne nos réactions à ce que nous constatons tout au long de la saison, en tant qu’équipe nous sommes constamment en train d’analyser nos performances et d’identifier les domaines dans lesquels nous pouvons nous améliorer. Le travail est aussi accompli aux entraînements.

Quelle est l’importance de l’analyse des statistiques dans les décisions que vous prenez en tant que manager ?

C’est une part importante du football moderne, et il est important pour un manager moderne de prendre en compte tous les facteurs qui peuvent permettre à l’équipe et aux joueurs de s’améliorer. Cela dit, les statistiques et les chiffres ne sont bons qu’à condition d’avoir les bonnes personnes pour les analyser et interpréter leur signification et leur importance. Ce qui a encore plus d’importance, c’est d’avoir ensuite une équipe capable de prendre ces données et de s’assurer qu’elles sont présentées d’une façon qui peut améliorer les individus et les équipes. J’ai avec moi des professionnels qui sont fabuleux dans ce domaine, qui nous soutiennent l’équipe et moi, et nous faisons appel à eux en tant voulu pendant notre préparation.

Lorsqu’il s’agit de sélectionner votre Onze de départ, quelles sont les personnes à Liverpool que vous consultez en premier et comment informez-vous vos joueurs?

Les cadres de mon équipe font partie intégrante du processus décisionnel, et c’est pour cela qu’avoir des personnes de qualité autour de soi est si vital pour un manager. Il y a plusieurs facteurs qui influencent ce processus ; les aptitudes, la forme physique, la tactique adoptée face au futur concurrent sont des domaines que je passe en revue quotidiennement. Bien sûr, en tant que manager, la sélection de l’équipe est l’une des plus grandes responsabilités que j’endosse personnellement, mais je prends cette décision grâce aux conseils et au soutien de ceux qui m’entourent.

Comment le rôle de manager de Liverpool a-t-il évolué depuis l’époque de Bob Paisley and Bill Shankly ?

Je pense que la gestion du football a de toute évidence changé et évolué d’un point de vue pratique et méthodique, mais je dirais que les valeurs que nous nous attachons à garder sont les mêmes que celles de grands hommes comme Bill Shankly et Bob Paisley. Particulièrement dans un club comme Liverpool, où nos valeurs profondes sont si importantes, il est vital quand on est à ma place d’intégrer totalement ce que cela implique. Mais quand on décompose la chose, je fais face aux mêmes défis que Bill Shankly et Bob Paisley : porter à bout de bras les attentes d’une institution internationale et de ses incroyables supporters, qui veulent que Liverpool fasse partie de l’élite à domicile et en Europe.

Avez-vous du mal à gérer le stress? Comment relâcher vous l’inquiétude que vous devez naturellement ressentir face aux grosses décisions ? Avez-vous une méthode pour faire face à cela ?

Je ne considère pas mon travail comme stressant, vraiment pas. Bien sûr, il y a de la pression et des attentes, mais je ne les associerais pas nécessairement avec du stress. Il y a des gens qui travaillent dur à Liverpool et dans tout le pays et qui rencontrent un vrai stress, qui s’inquiètent de savoir comment payer leurs factures, comment nourrir et habiller leurs enfants. C’est ça le stress, et je ne pense pas qu’il soit juste de comparer ce qu’ils traversent avec les problèmes d’un entraîneur de football.

Ce que je fais est un privilège, et j’aime mon travail. J’ai travaillé si dur toute ma vie pour en arriver là parce que je veux prendre des décisions importantes et entraîner au plus haut niveau. Évidemment, il y a des moments où il faut déconnecter, mais ça fait partie de sa gestion personnelle, et je n’ai jamais vraiment considéré ça comme un problème.

Quelles sont les qualités que vous recherchez le plus chez un professionnel en herbe – à la fois en tant que footballeur et de point de vue de la personnalité ?

Je pense que mon passé en tant qu’entraîneur montre que j’aime les joueurs doués techniquement et qui font preuve de courage quand ils sont en possession du ballon. C’est une qualité essentielle pour moi : peut-il être courageux sur le terrain, pas en termes de duels, mais en ayant le ballon et en cherchant à jouer dans des zones où d’autres n’iraient pas ? Je dirais qu’on ne peut pas dissocier les deux – les capacités et la personnalité. Les deux font partie du package. Le caractère d’un joueur est un facteur crucial que je cherche à connaître avant de m’engager à le signer. Il doit aussi faire preuve de volonté d’apprendre, peu importe son âge et son expérience ; c’est très important pour moi.

Comment voudriez-vous que les fans de Liverpool se souviennent de vous lorsqu’arrivera le jour où vous cédez votre place de manager du club?

C’est une question très difficile, parce que je pense que l’héritage que quelqu’un laisse est mieux évalué par les autres, plutôt que par soi-même. Je suppose qu’en règle générale, j’espère que lorsque j’aurai fait mon temps comme manager de Liverpool, on se souviendra de moi comme de quelqu’un qui a amélioré l’équipe et a laissé le club dans une meilleure position qu’à ses débuts.

J’espère qu’ils apprécieront le style de football que l’équipe joue, et qu’ils verront qu’on aborde les matches en voulant les gagner, mais surtout les gagner d’une façon qui les divertisse et les rende fiers en tant que supporters de Liverpool. Mais je suppose que le plus important est que les gens se rendent compte que j’ai fait de mon mieux chaque jour pour que Liverpool arrive au meilleur niveau possible, tout en maintenant les valeurs de football sur lesquelles ce grand club a été bâti. Je suis béni et privilégié de diriger ce club, et je profiterai de chaque seconde et chaque minute de ma présence ici.

#Helyette

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.